Construire en harmonie avec la nature : les 5 vertus de la construction hors-site

La construction de demain – Décryptage

1- Avec la construction bois, écologie et bas carbone font bon ménage.

À l’heure où les ressources de la planète s’appauvrissent, le bois – matériau recyclable par excellence – accomplit à merveille sa mission d’écoresponsabilité. Ressource durable et recyclable, le bois est surtout reconnu sur le plan thermique pour son caractère naturellement isolant. Combiné à l’acier et au béton, il permet la réalisation de bâtiments HQE atteignant d’excellentes performances thermiques. Pour ces raisons, le mur à ossature bois tend à s’imposer dans les projets de Cougnaud, qui n’a de cesse d’innover afin de réduire l’empreinte carbone de ses constructions. En vertu de ses qualités esthétiques, la finition bois est également une solution de premier choix. Mise en oeuvre dans un bâtiment tertiaire, elle apporte un aspect élégant qui augmente la sensation de confort de ses utilisateurs. Du bureau à la salle de réunion, en passant par la tisanerie, collaborateurs et visiteurs s’épanouissent dans des espaces chaleureux.

Recyclable, élégant et performant, le bois est un matériau de référence en construction hors-site. (Réfectoire – Chartres 28)

2- Laisser pénétrer la nature dans le bâtiment pour ne faire qu’un avec elle.

À travers la lumière ou bien la végétation, il est capital de faire circuler les éléments naturels au coeur des espaces. Patios arborés, toitures végétalisées, habillages bois à l’intérieur… Cougnaud veille à introduire les éléments naturels dans ses projets. Entre la nature et le bâti, le mariage se doit d’être harmonieux. Par ailleurs, pour permettre l’orientation optimale de la structure, la construction s’adapte aux contraintes naturelles de chaque site. En vue d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment, elle rend possible l’installation de dispositifs d’ombrage, comme des lames brise-soleil, qui, placées aux endroits stratégiques, protègent les usagers des chaleurs estivales. Inversement, l’orientation du bâtiment est spécifiquement conçue pour que la lumière hivernale pénètre au maximum dans les espaces intérieurs.

Grâce aux patios arborés, la nature pénètre dans le bâtiment. Le bien-être des usagers augmente.

3- Un bâtiment tertiaire à l’empreinte écologique légère.

À travers la lumière ou bien la végétation, il est capital de faire circuler les éléments naturels au coeur des espaces. Patios arborés, toitures végétalisées, habillages bois à l’intérieur… Cougnaud veille à introduire les éléments naturels dans ses projets. Entre la nature et le bâti, le mariage se doit d’être harmonieux. Par ailleurs, pour permettre l’orientation optimale de la structure, la construction s’adapte aux contraintes naturelles de chaque site. En vue d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment, elle rend possible l’installation de dispositifs d’ombrage, comme des lames brise-soleil, qui, placées aux endroits stratégiques, protègent les usagers des chaleurs estivales. Inversement, l’orientation du bâtiment est spécifiquement conçue pour que la lumière hivernale pénètre au maximum dans les espaces intérieurs.

En construction industrialisée, les bâtiments affichent d’excellentes performances énergétiques et environnementales.

4- Une intégration idéale dans un contexte naturel.

Implantation du bâtiment, variétés des formes et des finitions, variation de hauteur, choix des matériaux… la construction hors-site offre à l’architecte une grande souplesse pour lui permettre de préserver le contexte naturel du bâtiment. En ce qui concerne l’aspect extérieur du bâtiment, de nombreux types de bardages peuvent être appliqués. Parmi ces différentes possibilités, le bois compte. Combinées à une structure en acier, les façades boisées apportent un aspect élégant à l’ensemble de l’ouvrage. La noblesse du bardage en bois permet aux bâtiments d’établir un dialogue avec leur contexte et de faire écho à la nature environnante. Une toiture végétalisée ou des patios arborés contribuent encore à renforcer ce dialogue. Enfin, dans le cadre de constructions  programmées pour un usage temporaire, les fondations sont allégées. Une fois démonté, le bâtiment est recyclé et le lieu où il était implanté retrouve son aspect initial.

Flexible et évolutif, le bâtiment s’adapte aux contraintes naturelles du site dans lequel il s’inscrit. (Accueil de loisirs – Mairie de Pressac 86)

5- Pérennité et évolutivité : des bâtiments tertiaires à l’épreuve du temps.

La construction hors-site est rigoureuse dans le choix de ses matériaux ainsi que dans ses process de fabrication. Cela lui permet de produire des bâtiments tertiaires d’une qualité exceptionnelle, durables dans le temps. Outre la construction décennale, le CSTB* a validé la longévité de plus de 50 ans pour les bâtiments Cougnaud. Parallèlement, grâce au caractère évolutif de ses bâtiments, la construction hors-site confirme son ancrage dans une démarche durable. Au fil du temps, lorsque les besoins des utilisateurs changent, la structure s’adapte. Les espaces intérieurs se transforment, un étage est ajouté, les pièces se recomposent, des extensions agrandissent l’ensemble… Le bâtiment est véritablement évolutif et personnalisable. Et en fin d’exploitation, il est facilement démontable et ses matériaux sont recyclés.

Pour durer dans le temps, les ouvrages répondent à des critères de qualité exigeants.

CSTB* : le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Article précédent

Les 7 vies d’un bâtiment

Article suivant

Un bâtiment en conversation avec son environnement