La qualité de l’enveloppe bâtie est le seul gage de la performance durable

Construire éco-responsable – Entretien G. Guyot

Dans la poursuite de son objectif – construire éco-responsable -, le groupe Cougnaud a confié l’étude thermique à un bureau d’études, proche de ses valeurs et de ses ambitions environnementales. Pouget Consultants a réalisé les études thermiques du bâtiment pour accompagner COUGNAUD CAMPUS dans sa contribution à la définition du futur cadre réglementaire de la construction.

Gilles GUYOT Associé et responsable Pôle construction chez Pouget Consultants

Au niveau national, comment s’écrit la future Réglementation Energétique et Environnementale, la RE2020 ?

En ce moment, il y a une émulation certaine dans le secteur du bâtiment car il y a moins de scepticisme quant à la réalité d’un réchauffement climatique accéléré. Chaque État membre de l’Union Européenne s’emploie, depuis quelques temps, à traduire aux échelles nationales la DPEB (Directive Européenne sur la Performance Énergétique des Bâtiments). En France, cela s’est traduit par la LTECV (Loi de Transition Énergétique Pour la Croissance Verte) et, plus récemment, par la SNBC 2050 (Stratégie Nationale Bas Carbone à l’horizon 2050). En visant cette neutralité carbone, notre pays se fixe un objectif ambitieux mais cohérent et atteignable, si les bonnes décisions sont prises dès aujourd’hui. La RE2020 est le premier palier réglementaire pour aller vers cette neutralité carbone. Elle introduit, pour la première fois en Europe, les notions de bâtiment à énergie positive et bas carbone. Les pouvoirs publics définissent en ce moment même les différents seuils réglementaires pour chaque secteur concerné (logement, tertiaire…). La RE2020 devra être suffisamment exigeante pour être compatible SNBC 2050. L’atteinte des objectifs 2050 se joue donc en ce moment !

COUGNAUD CAMPUS apporte sa pierre à l’édifice en contribuant à l’écriture de la réglementation. Concrètement, comment s’est déroulée cette contribution ?

L’opération COUGNAUD CAMPUS a, en effet, été sélectionnée par l’ADEME* en vue de participer à l’observatoire national pour l’aide à la définition du cadre réglementaire de la RE2020. L’objectif était de faire remonter les données clés (techniques / financières) du projet au ministère de la Transition écologique et solidaire afin qu’elles soient analysées et prises en compte dans les arbitrages sur le calage des seuils de la RE2020. Il était important que Cougnaud participe à cette remontée d’information pour le secteur des bâtiments tertiaires, en portant le procédé constructif hors-site avec ossature métallique. Concrètement, au cours de la réalisation de COUGNAUD CAMPUS, l’ADEME* a vérifié l’ensemble des calculs et nous a demandé d’effectuer un certain nombre de variantes sur les systèmes constructifs et énergétiques pour analyser leurs impacts énergétiques et environnementaux.

Dans la perspective de la RE2020, quelle a été votre approche pour COUGNAUD CAMPUS ?

Aujourd’hui, on sait que les équipements techniques installés dans les bâtiments ne sont pas pérennes. Les chaudières ou les pompes à chaleur, entre autres, ont une durée de vie limitée. À l’inverse, le bâti est là pour longtemps. En conséquence, nous concentrons nos efforts sur la qualité de l’enveloppe. Telle est la philosophie de Pouget Consultants et c’est toujours dans cette logique que chaque projet est appréhendé. Je suis convaincu que, pour pouvoir tenir les objectifs de la stratégie nationale à l’horizon 2050, nous devons concentrer nos efforts sur le bâti.
Concernant COUGNAUD CAMPUS, notre grande chance était que le maître d’ouvrage, à savoir Cougnaud, n’était pas à convaincre. La Direction du groupe a tout de suite voulu travailler dans ce sens en se fixant des objectifs très ambitieux. Pour Cougnaud, la volonté était de produire un bâtiment, représentatif du savoir-faire de l’entreprise ainsi que de sa capacité à innover.

La solution constructive développée par Cougnaud se veut plus respectueuse de l’environnement. Vous êtes d’accord ?

J’observe que la construction hors-site permet d’atteindre un bon niveau de maîtrise pour ce qui concerne la quantité et la qualité des matériaux utilisés ; de même que dans la mise en oeuvre, il y a moins de déchets et un gain de temps assuré. En ce sens, oui, la construction hors-site est davantage respectueuse de l’environnement que la construction conventionnelle. Le groupe Cougnaud accorde une grande vigilance à ses performances énergétiques, c’est sans doute la raison pour laquelle il s’emploit à anticiper la future réglementation et d’être exemplaire. On peut affirmer que le groupe a pris le train au bon moment.

“ L’énergie la plus respectueuse de l’environnement est celle qui n’est pas consommée. ”

Sur les plans énergétique et environnemental, quel niveau de performance COUGNAUD CAMPUS a-t-il atteint ?

Le bâtiment est à énergie positive car il atteint le niveau E3C1 du référentiel E+C-. Le travail accompli sur l’enveloppe du bâti permet d’être sur des niveaux de consommation très bas. Ensuite, COUGNAUD CAMPUS est également producteur d’énergie grâce aux 545 m² de panneaux photovoltaïques disposés sur le parking.
Le bâtiment favorise ainsi l’auto-consommation, une des volontés fortes de la RE2020, c’est-à-dire qu’une partie de la production photovoltaïque sera consommée sur place, de manière instantanée. Pour ce qui concerne le carbone, le bilan est positif car le bâtiment se situe entre les niveaux carbone 1 et 2. Pour atteindre le niveau 2 la marche est très haute à l’heure actuelle. C’est un constat plutôt général sur tous les types de bâtiments. Il est probable que des niveaux intermédiaires soient proposés dans la future RE2020, en cours de calage…

Estimez-vous que COUGNAUD CAMPUS réponde à l’ambition de votre bureau d’études, la recherche de la « performance durable » ?

Les résultats obtenus par le projet en matière de performance énergétique sont vraiment satisfaisants. COUGNAUD CAMPUS atteint un niveau Bbio* de 34 %. Ce résultat reflète bien tout le travail effectué sur l’architecture, la qualité de l’enveloppe thermique, l’accès important à la lumière naturelle, ou le choix des équipements techniques pour limiter le besoin de chauffage et réduire la consommation du bâtiment. Je dirais, qu’aujourd’hui, tout dépendra de l’usage qui en sera fait. Comment les occupants vont-ils s’approprier les lieux et consommer l’énergie ? Cougnaud a également anticipé ce point-là en mettant en place un outil de supervision, pour évaluer les ambiances et les consommations de manière détaillée. Ces données seront exploitées en interne, mais également par Pouget Consultants sur une période de 2 ans. Poste par poste, nous allons recevoir toutes les informations, en temps quasi réel. Nous pourrons alors effectuer un contrôle sur l’évolution des consommations, observer les éventuels dysfonctionnements et proposer, le cas échéant, des actions correctives.

Professionnellement, n’est-il pas stimulant d’apporter votre contribution à la lutte contre le réchauffement climatique ?

À titre personnel, participer à la lutte contre le réchauffement climatique est une fierté ainsi qu’une motivation. C’est aussi l’ambition de Pouget Consultants qui milite pour la « non énergie » dans le bâtiment depuis toujours. Rappelons que le bâtiment représente environ 40 % de l’empreinte carbone totale en France. La RE2020 va fixer les objectifs pour que les bâtiments neufs soient compatibles 2050 (on l’espère), mais le plus gros chantier dans cet objectif neutralité carbone concerne bien le parc de bâtiments existant, soit 32 millions de logements à rénover ! La dynamique est bien engagée et Pouget Consultants y participe activement.

* ADEME : Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.
* Bbio : Le Besoin Bioclimatique est l’une des trois exigences de la RT 2012. Ce coefficient représente l’efficacité énergétique du bâti.

Article précédent

Pôle solidarité

Article suivant

Dialogue entre les espaces intérieurs et extérieurs