Les 7 pratiques responsable de la construction industrialisée

LE PROCÉDÉ CONSTRUCTIF INDUSTRIALISÉ COUGNAUD S’INSCRIT DANS UNE DÉMARCHE RESPONSABLE ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE. UN ENJEU MAJEUR POUR TOUT LE SECTEUR DU BÂTIMENT.

1 – Réduire l’empreinte carbone

La construction industrialisée privilégie l’acier (un matériau recyclable à l’infini) et le bois (doté d’un bilan CO2 positif). Ces réalisations affichent donc un bilan carbone réduit.

2 – Diminuer la consommation d’eau

La filière sèche permet de réaliser une économie notable par rapport à une construction conventionnelle.

3 – Limiter la production de déchets

Le procédé de construction industrialisée limite la production des déchets en usine comme sur le chantier et optimise leur gestion. Ils sont triés et gérés via des filières de traitement et de valorisation agréées.

4 – Limiter la durée et la pollution des chantiers

Le processus d’assemblage permet des délais de chantier 2 à 3 fois plus courts que pour une construction conventionnelle et de réduire leurs nuisances.

5 – Anticiper les réglementations de demain

La construction en filière sèche garantit la livraison de bâtiments éco-responsables, anticipant d’ores et déjà la RBR 2020.

6 – Prévoir des structures adaptables aux évolutions de l’entreprise

Structurellement, les bâtiments industrialisés sont évolutifs, adaptables et reconfigurables en fonction des besoins.

7 – Faciliter le démontage et la réhabilitation des bâtiments en fin de vie

Grâce au procédé constructif d’assemblage et au choix de matériaux recyclables, les bâtiments sont démontables et se recyclent.

Article précédent

Le mur à ossature bois, des constructions écologiques et économiques

Article suivant

_SPÉCIAL COLLECTIVITÉS