L’impact environnemental se réduit en amont de la construction

Ingénieur au CEREMA*, Louis Bourru a accompagné les professionnels de la construction en Pays de la Loire et en Bretagne pour expérimenter  le référentiel E+C-. Retour sur son expérience.

Louis bourru
Louis Bourru ingénieur au Cerema

Vous avez répondu à l’appel d’offre de l’ADEME pour mettre en œuvre le programme OBEC**. En quoi a consisté votre mission ?

Il y avait trois volets dans le programme OBEC (Objectifs/Bâtiments/Energie-Carbone). Le premier d’entre eux consistait à récupérer de la donnée sur des bâtiments existants. Avec l’aide de la DREAL*** et de l’Ademe Pays de la Loire, nous avons lancé un appel à projet afin d’identifier vingt-trois opérations déjà achevées. Cela nous a permis de réaliser des analyses de cycle de vie pour des bâtiments de toute typologie (tertiaire, logement, programme mixte…)

Par rapport au référentiel E+C-, quels ont été les résultats de ces 23 analyses de cycle de vie ?

Volontaires pour participer à l’opération, ces bâtiments étaient déjà de meilleure qualité que la moyenne. Ils ont souvent obtenus des résultats satisfaisants en terme de performance énergétique (E2), faibles pour le carbone (CZéro).

Comment expliquer ces mauvais résultats carbone ?

Quatre grands facteurs expliquent l’impact carbone négatif du bâtiment. Il s’agit des consommations d’énergie pendant l’exploitation, les émissions de gaz à effet de serre pendant le chantier, la consommation d’eau et le traitement des eaux usées. Enfin, il y a encore les produits de construction et d’équipement tels que le chauffage, la ventilation ou l’électricité. C’est surtout ce dernier point qui explique les mauvais résultats carbone.

Le 2e volet du programme OBEC consistait à accompagner des projets en cours de conception n’est-ce pas ?

Oui, 10 projets ont participé. Nous avons conduit des réunions avec les bureaux d’études, les architectes et les maîtres d’ouvrage pour évoquer les choix de matériaux afin d’en réduire l’impact. Lors de ces rencontres régulières, nous avons défini des variantes afin de voir si en changeant certains matériaux ou produits, il était possible d’obtenir de meilleurs résultats.

C’est à cette occasion que vous avez accompagné le projet Cougnaud Campus ?

Concernant ce projet, nous avons pu tester différents bardages et la maîtrise d’ouvrage s’est notamment rendue compte que la solution au chauffage électrique était plus intéressante que le gaz. En outre, les équipes ont fait en sorte de ne pas avoir un double réseau pour la climatisation et le chauffage. Enfin, ils ont notamment optimisé leurs matériaux de faux plafonds. Tout cela explique le résultat satisfaisant du projet au regard du référentiel E+C-.

Plus généralement, quels sont les facteurs qui permettent au bâtiment de réduire l’empreinte environnementale ?

Je dirais en premier lieu que plus on réfléchit en amont du projet avec les professionnels, meilleur sera le résultat. Il faut œuvrer pour diminuer la matière. Par exemple, la mutualisation des espaces va permettre de réduire l’empreinte du bâtiment. Or, c’est un point qui ne peut s’envisager qu’au moment de la conception. Enfin, je note qu’il ne faut pas négliger le choix des matériaux et de leur déclaration environnementale. Il faut privilégier les fabricants qui proposent des produits à impact carbone moindre.

Et qu’en est-il du dernier volet du programme OBEC ?

Il s’agissait de faire monter en compétence les professionnels de la construction sur la question de la réduction de l’impact environnemental. Nous avons organisé des formations et rédigé un guide de conduite d’opération à faible impact carbone à destination des maîtres d’ouvrage.

 

* Le CEREMA, (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), est un établissement public au service de l’Etat, des collectivités et des entreprises. Depuis toujours, ses équipes collaborent avec le ministère pour accompagner les nouvelles expériences et élaborer les réglementations thermiques.
** Objectif Bâtiment-Énergie-Carbone
*** Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Article précédent

Le bureau de travail de Julien BLANCHARD

Article suivant

Global Review : construction hors-site et responsable