Préparons l’évolution du bâtiment dès sa conception

Expert en neutralité carbone et auteur de « Renaissance écologique, 24 chantiers pour le monde de demain », Julien Dossier suggère aux professionnels de la construction des pistes à suivre afin de mieux préparer l’avenir d’un secteur, déjà fragilisé par les conséquences du réchauffement climatique.

Portrait - Julien Dossier

Comment et pourquoi le secteur de la construction est-il touché par le dérèglement climatique ?

C’est tout le secteur qui est concerné, d’amont en aval. En amont, les dérèglements climatiques exercent une pression sur les forêts, qu’il va falloir préserver et enrichir pour alimenter le secteur en matériaux éco-sourcés. Les bâtiments existants doivent être isolés, avec ces matériaux éco-sourcés, et leurs blocs thermiques doivent évoluer, nous avons un immense chantier de remplacement de chaudières fuel et gaz. Cependant, malgré la volonté de rénover ce parc, les objectifs ne sont jamais atteints.

Du coup, il faut construire ?

Oui, mais autrement et ailleurs. La priorité doit rester la rénovation, sobre en sols, en énergie et en matériaux. Cette priorité nourrit une dynamique territoriale autour des filières de matériaux éco-sourcés et attire donc des emplois (et donc les constructions induites) vers ces territoires, forcément diffus, allégeant ainsi la pression foncière sur les métropoles.

Comment construire autrement ?

De plusieurs manières. Je dirais d’abord que, dès la conception du bâtiment, il faut se préparer à son évolution ainsi qu’à sa fin de vie. Il faut par exemple que l’on apprenne à démonter l’existant de telle manière que les matériaux ne deviennent plus des déchets mais que l’on puisse les réemployer, dans une logique d’économie circulaire. Cette réflexion doit permettre de limiter les pertes d’énergie lors de la phase chantier. En ce sens, je dirais que la construction hors-site est une piste intéressante, notamment parce qu’elle réduit les nuisances inhérentes au chantier en s’avérant par ailleurs plus confortable pour les professionnels. Toutefois, il va aussi falloir mener une véritable réflexion sur l’amont et notamment l’utilisation d’éco-matériaux.

“ Lors de la phase de conception, il faut considérer le réemploi de matériaux. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une façon de renouer avec des pratiques ancestrales ”

Quels sont, selon vous, les matériaux à privilégier ?

Aujourd’hui, c’est le béton qui domine le secteur, or, d’un point de vue thermique et carbone, ses performances ne sont pas satisfaisantes. Les résultats du verre ou de l’acier ne sont guère meilleurs. De manière logique, les professionnels se tournent vers le bois mais soyons ici attentifs. Il nous faut privilégier le bois massif de forêts de feuillus gérées en couvert végétal continu. D’autres éco-matériaux, tels que le chanvre, sont à rechercher. Là encore, faisons un pas de côté et développons une vision globale. Les cultures doivent désormais être pensées dans leur globalité afin qu’elles puissent nous apporter de la matière pour nous nourrir, nous loger et préserver la biodiversité.

Pensez-vous que la future réglementation, la RE2020, aille dans le bon sens ?

Justement, je crois qu’elle n’intègre pas assez la question de la biodiversité. Nous devons diversifier les référentiels techniques au-delà du seul chêne, et nous préparer à utiliser le bois massif, y compris les branches charpentières. Je ne vous apprends rien, la nature n’est pas parallélépipédique. Le secteur de la construction a intérêt, me semble-t-il, à développer des outils de calcul puissants pour davantage assimiler cette variété de formes et intégrer des matériaux hétérogènes.

Les mentalités sont-elles prêtes d’après vous ?

Je pense que les changements sont amorcés et que l’on va prochainement assister à des rapprochements entre les acteurs du secteur : promoteurs, constructeurs ou, idéalement, fournisseurs de matériaux. Mais nous devons accélérer et basculer vers ces techniques de construction de manière résolue et sans retenue. C’est le chantier du siècle.

 « Renaissance écologique, 24 chantiers pour le monde de demain »

Julien Dossier Collection Domaine du Possible, Actes Sud, 2019 

Article précédent

Avec la norme RE2020, à quoi ressembleront nos salles de classe ?

Article suivant

Cougnaud lance #ACCELERONS