Un équipement de prestige pour les élus de la République

Le Sénat – Interview D. Déchelette

De 2017 à 2020, le Palais du Luxembourg fait l’objet de travaux de rénovation. Pendant ces quatre années, nos élus ne changent pas d’adresse. Ils sont abrités dans un bâtiment provisoire de 4 000 m², construit au sein même de la cour d’honneur du Palais.

Damien DÉCHELETTE Architecte en chef du Sénat

Pourquoi avoir choisi la cour d’honneur du Palais du Luxembourg pour y loger temporairement les parlementaires ?

Bien sûr, ce site patrimonial n’avait pas vocation à accueillir des bâtiments modulaires. Nous avions d’abord envisagé de louer des bureaux dans le centre de Paris. Rapidement, nous nous sommes rendu compte que cette solution était trop onéreuse. En plus des dépenses locatives, cela nous obligeait à déporter nos équipes. Pour le Sénat, une construction provisoire au sein même du Palais était plus avantageuse économiquement.

Pour la construction du bâtiment provisoire, le site présentait-il des contraintes particulières ?

Le challenge était difficile. Pour les modules, il n’y avait pas de point d’entrée dans la cour d’honneur du Palais. Fabriqués dans leur usine de La Roche-sur-Yon, les 180 modules ont donc été convoyés jusqu’à la rue du Luxembourg pour être ensuite manutentionnés par un camion-grue de 350 tonnes au-dessus du Palais.

C’était la première fois que le Sénat faisait appel à la construction hors-site. En tant qu’architecte, quels avantages avez-vous trouvés à ce mode de construction ?

Outre le caractère avantageux sur le plan économique, la rapidité d’exécution a représenté un avantage considérable. Nous disposions d’un calendrier très serré.

Le hall, évidé sur les 4 niveaux du bâtiment, offre aux sénateurs un espace de convivialité qui leur apporte un grand confort de travail.
À l’issue de la désinstallation, le site patrimonial du Palais du Luxembourg retrouvera son aspect initial.

Les modules ont été livrés et assemblés en 4 semaines. Puis, les travaux de finition ont duré 4 mois. Ainsi, entre le démarrage du dialogue compétitif, remporté par Cougnaud Construction, et la livraison du bâtiment en août 2017, l’opération a duré une année. C’est tout à fait remarquable.

“ Pour le confort de nos élus, le cahier des charges était exigeant. Les retours sont positifs.”

Concernant l’expérience utilisateur, aviez-vous des besoins spécifiques ?

Pour le confort des élus, le cahier des charges était exigeant : nous demandions un bâtiment aux performances acoustiques optimales ainsi que des bureaux de qualité pour favoriser le travail confidentiel de nos parlementaires. Afin de garantir l’égalité républicaine, chacun des bureaux, 134 en tout, devait offrir la même superficie de 16 m² et disposer d’une vue sur l’extérieur.

Quels sont les retours de la part des sénateurs qui y travaillent ?

Ils sont positifs ! Les parlementaires sont satisfaits de leurs espaces de travail, des espaces de circulation, du lieu de convivialité ou encore du patio central recouvert par une verrière. Le hall, évidé sur les 4 niveaux du bâtiment, est agréable. En outre, la façade en trompe l’oeil, écho créatif à l’architecture du Palais du Luxembourg, est particulièrement appréciée.

Comment allez-vous procéder à la désinstallation du bâtiment ?

Les fondations du bâtiment ont été réalisées sur pieux vissés, destinés à être démontés à l’issue de l’opération. Les pavés d’origine seront ensuite repositionnés à l’identique. Les équipes d’architectes du Sénat auront la mission de contrôler la désinstallation, qui sera mise en oeuvre par Cougnaud. La cour du Palais du Luxembourg retrouvera alors son aspect initial.

Article précédent

Dans un monde où la vitesse impose son rythme, la construction hors-site révolutionne le marché

Article suivant

Un bâtiment remarquable pour un site exceptionnel : pari tenu pour Cougnaud !